Quel avenir pour les espaces de travail post-crise ?

Retour
30 Juil. 2020
L’épidémie de Covid-19 a bouleversé la vie professionnelle des salariés français : 6 à 8 millions d’entre eux ont dû s’adapter à un télétravail soudain sans préparation aucune. Cette situation continue d’ailleurs pour bon nombre d’entre eux après le 11 mai. Avec les premiers retours sur cette période inédite, on se rend compte que beaucoup […]

L’épidémie de Covid-19 a bouleversé la vie professionnelle des salariés français : 6 à 8 millions d’entre eux ont dû s’adapter à un télétravail soudain sans préparation aucune. Cette situation continue d’ailleurs pour bon nombre d’entre eux après le 11 mai. Avec les premiers retours sur cette période inédite, on se rend compte que beaucoup de ces salariés ont apprécié le home office. Il devient donc légitime de penser que ce mode de travail pourra devenir une composante structurelle de l’organisation du travail dans le futur. 

En plus d’avoir complètement bouleversé nos fonctionnements professionnels, cette épidémie a fait émerger de nouvelles questions en termes d’aménagement d’espaces de travail. Comment respecter au mieux les mesures d’hygiène qui sont désormais primordiales pour garantir la santé et la sécurité de tous sur le lieu de travail ? Comment gérer la distanciation physique quand on sait que le nombre de mètres carré par salarié n’a cessé de diminuer depuis une vingtaine d’années avec l’arrivée des openspace et autre flex-office ? Avec ces interrogations, il apparaît clairement que nos habitudes de travail devront être profondément modifiées, tout comme le seront nos espaces de travail. En effet, le bureau va dorénavant porter l’image d’un lieu de collaboration, de socialisation alors que le travail à la maison répond mieux au besoin de calme et de concentration qui favorise la production individuelle.

Bien que les open space facilitent la communication et la collaboration entre les équipes, ils restaient majoritairement impopulaires en 2019. D’après le Baromètre Actineo, 59 % des salariés interrogés préféreraient travailler dans un bureau fermé individuel. Une tendance qui ne risque pas de s’inverser puisque la densité favorise la prolifération de virus comme le Covid-19. Complètement supprimés pour encourager l’ouverture des espaces, les hygiaphones vont certainement avoir une seconde jeunesse pour limiter la transmission de virus en univers clos. Les lieux de passage d’hier comme les cafétérias, paliers et autres terrasses seront les lieux de socialisation par excellence où les rencontres informelles de demain auront lieu.

Et nos réunions demain ? Le télétravail nous a montré que ces rassemblements fonctionnaient en virtuel comme le prouve le boom des visioconférences, webinaires et autres e-learnings. Pour répondre aux nouveaux enjeux, les salles de réunions devront être plus spacieuses et surtout mieux ventilées… Ainsi, allons-nous limiter les réunions en présentiel ? Une telle mesure répondrait aux enjeux de demain puisqu’elle mènerait à une diminution des déplacements qui serait bénéfique des points de vue de la santé publique, de l’écologie, de gain de temps et de budgets.

Pour toute question, n’hésitez pas à nous contacter en cliquant ci-dessous :

Nous contacter